mardi 29 août 2017

La journée EFA 16 de rencontre et d'échanges

Parents, et futurs parents adoptifs, enfants, amis, grands-parents, ...

Retrouvons-nous pour une journée de rencontres et d’échanges

Le dimanche 10 septembre 2017 dès 12h00

à la Maison Familiale Rurale d'Aignes et Puypéroux

**********************

12 h 00 : apéro suivi du repas convivial, avec menu végétarien pour ceux et celles qui le désireraient.

Traditionnellement les après-midis de ces journées familiales sont remplis d'échanges riches et informels, mais nous pourrons rompre avec les habitudes : les enfants peuvent apporter des jeux de société ou d’extérieurs, les adultes peuvent apporter des jeux de boules, palets ou autres.

Pour l'apéro et le repas une participation financière sera demandée :

Adulte : 8 euros     Enfants : 4 euros au-dessus de 3 ans

Pour nous permettre d'organiser au mieux cette journée, nous vous demandons de bien vouloir renvoyer le bulletin à télécharger ici avant le 4 septembre ou de nous indiquer par mail (efa16@laposte.net) votre participation. Par avance merci.

Bien amicalement et bonne fin de vacances à tous et toutes.

                                                           L'équipe EFA Charente
 

lundi 10 juillet 2017

Retour sur L’ATELIER ET LA CONFERENCE PAR ANNE-MARIE CRINE ET MARISA DRUMOND

Retour sur L’ATELIER ET LA CONFERENCE PAR ANNE-MARIE CRINE  ET MARISA DRUMOND


Les samedi 13 et dimanche 14 mai, EFA16 a eu le plaisir de recevoir Anne-Marie Crine (psychologue et psychothérapeute belge, formée auprès de Johanne Lemieux à l’adopteparentalité et à la théorie de l’attachement, formatrice à la fédération nationale d’EFA et au COPES) et Marisa Drumond (participe à l’élaboration de nombreux projets d’adoption au Brésil et en France, à la COFA de Cognac, et formatrice au COPES).
Ces 2 journées ont été très enrichissantes aussi bien sur les plans théorique et humain. Le samedi était consacré à un atelier sur « L’estime de soi face à l’abandon : Comment développer une estime de soi positive chez les enfants adoptés malgré l’abandon initial et/ou les ruptures successives ? ». Les parents adoptifs inscrits ont reçu un apport théorique sur les recherches autour de l’attachement et sur l’estime de soi tout en menant en parallèle une réflexion sur leur vécu avec leur enfant et leur habileté éducative pour lui permettre de retrouver une estime de soi positive.
La conférence «  Eduquer dans la confiance et la bienveillance des enfants adoptés : poser des limites » est venue compléter cet atelier.
Vous trouverez, ci-dessous, un rapide et succinct résumé de la conférence.


Les neurosciences, depuis 15 ans, nous apportent de nouvelles connaissances sur le fonctionnement et le développement du cerveau. Le cerveau se décompose comme suit :
  • Le néo cortex (responsable du raisonnement, de la logique)
  • Le cerveau limbique (responsable des émotions)
  • Le cerveau reptilien (responsable des réflexes de survie).
Le bébé, au début de sa vie, n’a pas toutes les connexions entre les
différents étages de son cerveau. Seuls les cerveaux limbique et reptilien sont connectés. Donc, le bébé puis l’enfant ont besoin de l’adulte qui doit lui apporter un attachement sécure en répondant de façon adéquat à ses besoins ( de sécurité, de sentiment de compétence, de plaisir et de bien-être, de liberté et de choix).
Mais, très souvent, les enfants par adoption, ont vécu plusieurs traumatismes, plusieurs ruptures, ont été blessés dans leurs besoins et donc, ont développé un attachement insécure. Il se crée donc, une représentation mentale des adultes et du monde qui l’entourent de telle sorte qu’ils ne peuvent pas avoir confiance en l’adulte et se sentent en danger, sont dans la terreur de mourir, donc ils vivent dans un état de stress permanent par la sécrétion de cortisol (hormone de stress) par leur cerveau qui est toxique pour ce dernier et renforce ainsi une sous-estime de soi.
L’enfant va, de manière inconsciente, vouloir prendre lui-même le contrôle en devenant le capitaine du bateau afin d’assurer sa survie.
Il fonctionne avec ses cerveaux émotionnels et de réflexes de survie. C’est en fonction des relations avec l’adulte que les connexions avec le cerveau du raisonnement se développent. Or dans un état de stress, l’enfant ne peut écouter. Mais, pour la survie de l’enfant, l’adulte doit être le capitaine du bateau et doit être solide.
Dans ce cas, les parents doivent mettre en place des limites bienveillantes :
  • En enveloppant l’enfant, en le protégeant,
  • En fonction de la culture et des valeurs,
  • En fonction de la crainte de perdre ses propres limites, de ses doutes, de ses besoins de compétence et de reconnaissance en tant que parent,
  • En favorisant l’estime de soi, le plaisir (par des jeux par exemple…),
  • Par des règles claires, adaptées, concrètes, positives, constantes
  • En utilisant la méthode « choix et conséquences »
  • En décodant et validant les émotions de leur enfant
  • En prenant soins d’eux-mêmes (en se faisant aider, en ne restant pas seuls…),
  • En prenant du recul, en restant calmes. Si tout le monde s’énerve, on est dans l’émotionnel (on fonctionne avec notre cerveau limbique et plus l’intellect), personne ne peut s’écouter, et dans ce cas, il vaut mieux arrêter une discussion qui ne mènera nulle part.
On a le droit de commettre des erreurs et le plus important est de
les réparer auprès de notre enfant (en s’excusant de s’être énervé par exemple).
Cela nécessite beaucoup de temps et de la patience de la part des parents, mais, tout n’est pas perdu, car le cerveau humain se construit et se développe jusqu’à 25 ans et tout au long de la vie, le cerveau a la capacité de remodeler ses connexions en fonction de l'environnement et des expériences vécues. Donc l’espoir est présent.






mercredi 29 mars 2017

Conférence : « POSER DES LIMITES DANS LE CADRE D’UNE EDUCATION BIENVEILLANTE »


Avec Anne-Marie CRINE et Marisa DRUMOND
 Entrée gratuite.
Inscription conseillée, bulletin de participation à télécharger ici
Les parents adoptifs doivent relever plusieurs défis : rencontrer un enfant venu d’ailleurs dans des conditions parfois déstabilisantes, construire avec lui une relation affective sécurisante, tout en se sentant les parents légitimes dans le regard social et familial environnant !
Des interpellations de tous ordres, maladroites souvent, malveillantes parfois, rappellent toujours à la famille la façon dont elle s’est constituée. Les parents s’imposent alors un devoir de réussite, lourd à porter. Comme tous parents, ils doivent protéger, éduquer et transmettre l’histoire familiale avec au moins deux options supplémentaires : celle de créer un attachement sécure pour les enfants et celle de continuer une histoire commencée sans eux tout en y intégrant la leur.
Alors, sans chercher à être un parent parfait, il n’est pas vain de s’interroger sur la façon d’améliorer sa parentalité.
L’éducation d’un enfant, quel qu’il soit, n’est pas tous les jours facile. Et pour les parents adoptifs, la tâche est parfois plus lourde. Sans doute plus que les parents biologiques, ils seront plus souvent réticents à poser des limites à leur enfant : « il a déjà tellement souffert ! »
Et pourtant, le fait d’être un enfant adopté ne le dispense pas de respecter certaines limites, indispensables à sa construction, au contraire. Avant d’aimer, l’enfant doit se sentir en sécurité : les limites sont indispensables pour que l’enfant sente que ses parents sont fiables !
  • Mais alors, comment faire pour poser ces limites structurantes dans le cadre d’une parentalité positive, d’une éducation bienveillante ?

Public concerné : parents adoptifs et postulants à l’adoption (et la famille élargie), personnels éducatifs, médico-sociaux…

Anne-Marie CRINE, psychologue et psychothérapeute s’est formée aux côtés du Dr Chicoine et de Johanne Lemieux (théorie de l’attachement), attachée aux services de l’adoption de la Belgique francophone et du Luxembourg, ce qui lui a valu de participer à la création du parcours de préparation obligatoire des postulants belges. A travaillé au sein d’un OAA belge. Elle a également participé à la rédaction d’ouvrages collectifs sur l’adoption. Elle est aussi consultante pour divers organismes internationaux (tel que l’UNICEF…), est formatrice à la Fédération Nationale d’EFA et au Centre de Formation pour les intervenants de l’enfance, l’adolescence et de la famille (le COPES), à Paris.
Marisa DRUMOND : est professeure de médecine sociale au Brésil, elle participe à l’élaboration de nombreux projets d’adoption au Brésil puis en France. Elle est aussi intervenante au sein de l’OAA de la COFA de Cognac et formatrice au COPES, notamment sur les enjeux de l’encadrement des enfants et des adoptants en adoption internationale.
Durant la conférence, une garderie sera assurée pour les enfants. Inscription conseillée.
Après la conférence les échanges se poursuivront autour d’une collation.


 

Atelier " L’ESTIME DE SOI FACE A L’ABANDON : COMMENT DEVELOPPER UNE ESTIME DE SOI POSITIVE CHEZ LES ENFANTS ADOPTES MALGRE L’ABANDON INITIAL ET / OU LES RUPTURES SUCCESSIVES ?



OBJECTIFS :

- Comprendre pourquoi cette estime de soi est si « abîmée » chez les enfants adoptés
- Apprendre à se positionner en tant que parents et à développer certaines habiletés éducatives pour redoner à l’enfant un sentiment de sécurité lui permettant de faire confiance à autrui et de se faire confiance et ainsi développer une estime de soi positive.

PERSONNES CONCERNEES :

Parents par adoption et postulant-e-s à l’adoption, adhérent-e-s ou non d'’une association EFA
Nombre : 15 personnes maximum

METHODE PEDAGOGIQUE :

Apport de connaissances
Echanges et travail en commun à partir de situations concrètes apportées par les participant-e-s.

 HORAIRES : 9H à 17H (repas de midi pris en commun)

COÛT DE LA FORMATION :
Participation financière demandée :
- Adhérent EFA 16 : Personne seule : 20 €, couple : 30 €
- Non adhérent : Personne seule : 30 €, couple : 50 €
Le repas du midi est compris dans cette participation.

FORMATRICES :

Anne-Marie CRINE, psychologue et psychothérapeute s’est formée aux côtés du Dr Chicoine et de Johanne Lemieux (théorie de l’attachement), attachée aux services de l’adoption de la Belgique francophone et du Luxembourg, ce qui lui a valu de participer à la création du parcours de préparation obligatoire des postulants belges. A travaillé au sein d’un OAA belge. Elle a également participé à la rédaction d’ouvrages collectifs sur l’adoption. Elle est aussi consultante pour divers organismes internationaux (tel que l’UNICEF…), est formatrice à la Fédération Nationale d’EFA et au Centre de Formation pour les intervenants de l’enfance, l’adolescence et de la famille (le COPES), à Paris.
Marisa DRUMOND : est professeure de médecine sociale au Brésil, elle participe à l’élaboration de nombreux projets d’adoption au Brésil puis en France. Elle est aussi intervenante au sein de l’OAA de la COFA de Cognac et formatrice au COPES, notamment sur les enjeux de l’encadrement des enfants et des adoptants en adoption internationale.
POUR TOUS RENSEIGNEMENTS :
Contacter EFA Charente :
Par mail : efa16@laposte.net
Auprès de  Marie-Laure BRODU-MANGUY au 05 45 64 14 22

 Fiche d'inscription à l'atelier à télécharger ici

A renvoyer, AVANT LE 7 MAI, accompagné de votre règlement à :

EFA Charente
UDAF –  CS 92417
73 impasse Joseph Niepce
16024 ANGOULEME cedex


samedi 25 février 2017

Journée des OAA, oganisée par EFA86

EFA86 (Vienne) organise le dimanche 19 mars 2017, à partir de 13h30, une journée rencontre autour des OAA (organismes autorisés pour l'adoption) et de l'état des lieux pour l'adoption à l'internationale.

LIEU : ensemble scolaire Isaac de l'Etoile, 62 rue Porteau, Poitiers.

Présence de 4 OAA et de Mme Marie-Claude Riot (responsable de la fédération française des OAA).

Les OAA présentes :
- Amis des enfants du Monde : http://www.amisdesenfantsdumonde.org/
- Ayuda : http://www.coeuradoption.org/wiki/doku.php?id=oaa:ayuda
- Orchidée adoption : http://orchidee-adoption.com/
- Les enfants de l'espérance : http://www.oaa-lesenfantsdelesperance.com/

Présence d'animateurs pour les enfants. Entrée gratuite.

Renseignement efa86.org


samedi 17 septembre 2016

le dimanche 25 septembre 2016
à la Maison Familiale Rurale de Jarnac - 12 Rue Ernest Merlin  

11 h : présentation d’ERF par François et Simone AUBISSE.

EFA défend l’idée que tout enfant a le droit de grandir dans une famille et s'est donné pour vocation de permettre aux enfants privés de famille de trouver dès que possible un cadre familial et sécurisant. C’est pourquoi l’association a créé, en 1981, un service, Enfants en Recherche de Famille (ERF), qui cherche des familles pour des enfants dont l’avenir est incertain.

12 h 30 : apéritif suivi d’un repas chaud.

Cette journée familiale c’est avant tout un lieu de convivialité, d'échanges et de jeux pour les enfants. C'est un moment simple, unique et inégalable pour prendre le temps de se connaître, d'échanger nos expériences, confronter nos parcours et alimenter nos espoirs.
Nous vous attendons accompagnés de vos proches (enfants, amis, parents, frères/sœurs ...) postulants, familles adoptives récentes, et aussi plus anciennes pour cette rencontre.


Pensez à vous inscrire par mail à efa16@laposte.net en précisant le nombre de personnes (adulte 7€ et enfant au-dessus de 3 ans 3€) .


Amicalement à toutes et à tous.
L’équipe E.F.A. Charente 

dimanche 12 juin 2016

ERF : Enfants en Recherche de Famille

Extrait de la plaquette de présentation

Créé en 1981, Enfants en recherche de famille (ERF) est un service d’EFA
qui permet de rapprocher des enfants en attente et des couples désireux
et capables d’adopter un enfant qui présente des caractéristiques rendant
son adoption plus complexe.
Ces enfants peuvent être grands, porteurs d’un handicap physique ou intellectuel, d’une maladie compromettant leur développement et/ou nécessitant une prise en charge pluridisciplinaire importante. Le plus souvent, leur  particularité est le résultat d’un cumul de caractéristiques physiques et  psychosociales.

Parce que nous croyons qu’une famille est ce qu’il y a de mieux pour l’épanouissement d’un enfant.

Aujourd’hui, en France, environ 1 500 enfants adoptables attendent une famille.
Les professionnels font appel à ERF pour évaluer les possibilités de mener à bien
un projet d’adoption pour un enfant dit « à particularité » et pour rechercher une famille potentielle pour un enfant précis. Chaque année, le service ERF reçoit une soixantaine de dossiers d’enfants et met tout en œuvre pour présenter aux services sociaux demandeurs au moins une famille pour chacun d’eux.


Les enfants concernés par ERF présentent un cumul de caractéristiques
rendant leur adoption complexe.


Les familles du fichier ERF s’inscrivent dans le dispositif national de l’adoption des pupilles.

Visitez la page web d'ERF : http://adoptionefa.org/enfants-en-recherche-de-famille

Téléchargez leur plaquette de présentation 

Pour leur écrire (l'association de prend pas les dossiers de personnes célibataires) :  erf@adoptionefa.org